L'injustice sur les élections municipales ! Spécial

Écrit par

Le report du second tour des élections municipales en juin est quasi-nul,
un report en octobre ou en mars 2021 groupé avec les régionales et les départementales demanderait de rejouer le premier tour.

Des maires élus pendant la crise du Covid-19 avec une abstention record et des maires qui sont restés en place et vont le rester
sûrement encore longtemps. Un maire est élu pour 6 ans, ni plus, ni moins..

Pour notre Communauté d'agglomération du Grand Annecy, on est pris au piège avec un « entre-deux » pendant un an, avec des maires nouvellement élus siégeant aux côtés de leurs collègues en bout de mandat ! Du grand n'importe quoi. Cela stérilise, pendant un an, la vie de la communauté de communes.

Autre exemple à la Balme de Sillingy, le maire sortant François Daviet a perdu sa place avec 47,80 % des voix contre sa rivale qui l'emporte avec 52,20 % le 15 mars 2020.
Une commune à l'arrêt et en confinement fin février, un maire sortant atteint du Covid-19 pendant sa campagne (guéri depuis)..
Recours demandé par le sortant, donc retrait de délégation pour "la nouvelle élue" , pas de tenue du conseil municipal post-élection..
Encore une fois, du grand n'importe quoi..

A qui la faute ?
Les élections n'auraient jamais dû avoir lieu, le gouvernement a l'entière responsabilité de cet échec et maintenant c'est une situation très compliquée.
Si on faisait le premier tour, il fallait faire par obligation le second avec un respect des dates.
Même si des mesures sanitaires sérieuses ont été prises pour le vote du 15 mars dernier, elles n'ont pas été à la hauteur de la gravité de la situation sanitaire dans tous les bureaux de votes du Grand Annecy.

Sur Annecy, cela peut poser des problèmes politiques, des retards sur beaucoup de dossiers ou à l'inverse une continuité pas forcément souhaitée par les annéciens.

Le maire d'Annecy en tête (28,40 %) mais en ballottage très défavorable à l’issue du premier tour, va quand même rester en place avec une légitimité écorchée.
Les chiffres démontrent que l'abstention lui a été favorable, une réserve de voix très discutable, même imaginaire.
Ils auraient été nombreux du côté "tendance écologique" a ne pas avoir fait le déplacement,
ce qui aurait pu mettre en tête la liste de François Astorg (27,87 %) derrière l'édile de 150 voix sur un partage de 16000 voix !

Frédérique Lardet avec 21,50 % est la seule à pouvoir faire tout basculer, mais à condition que le second tour ait lieu dans la foulée !
Qu'en est-il si toute l'élection est à refaire ?

Par mesure d'équité et de justice, sans adversaire ou pas (par exemple : Poisy, 873 votes pour Pierre Bruyère sur 5582 inscrits !!?),
la totalité des élections municipales 2020 devrait être annulée.
Il en est de même pour les élus du premier tour (des rivaux n'ont même pas pu faire campagne dans de bonnes conditions, une abstention trop importante), ils perdent de leur légitimité.

On sait qu'une telle mesure n'aura pas lieu, mais ce serait la plus juste dans l'expression démocratique de notre pays.


Notre pays est en souffrance à cause de la situation sanitaire et il entre dans une phase économique très compliquée.
Le problème "des municipales" est un casse-tête dont on aurait pu se passer..

Partenaire du Canard du Lac : SunAlpes Radio - La 1ère Webradio des Alpes et de Suisse ici