bandeauwebmda2019

Pilule du lendemain : une délivrance simplifiée pour les collégiennes et lycéennes Spécial

Écrit par

On se souvient d'un reportage ici : La pilule du lendemain peut être prise jusqu’à 3 jours après un rapport sexuel. Depuis 2002, une jeune femme majeure ou mineure à le droit d’obtenir ce médicament contraceptif sans ordonnance et sans avoir besoin de justifier son âge. Seulement, certains pharmaciens n’appliquent pas ce décret. L’émission « L’Autre JT » sur France 4 a souhaité en savoir plus. Ils se sont rendus dans 15 pharmacies de différents arrondissements de Paris, caméra à la main. Et, oh, surprise, sur les 15 officines testées, certaines ont refusé de délivrer gratuitement ce produit à une mineure. 

Depuis ce lundi 30 juin 2016, les modalités de délivrance de la pilule du lendemain dans les collèges et lycées ont été simplifiées, la condition de «détresse» jusqu'ici exigée par la loi pour obtenir une contraception d'urgence ayant été supprimée, annonce le ministère de la Santé.

Le décret, paru samedi au journal Officiel, précise les modalités de délivrance de la contraception d'urgence par les infirmiers scolaires aux élèves, mineures ou majeures, dans les établissements de second degré, conformément aux dispositions prévues dans la loi Santé.

Le texte précise que l'infirmier ou l'infirmière doit «proposer à l'élève mineure, qui peut le refuser, de s'entretenir avec le titulaire de l'autorité parentale ou avec son représentant légal de la démarche d'aide et de conseil mise en œuvre».

« Protéger notre jeunesse, c’est aussi, en matière de sexualité, faciliter l'accès à la contraception d'urgence. Chaque jeune doit savoir que la porte de l'infirmerie scolaire lui est ouverte sans avoir à se justifier », a indiqué Marisol TOURAINE.

« Cette décision permettra de réduire les délais d’accès à la pilule du lendemain et de faciliter le recours de celle-ci dans les établissements du second degré », indique le ministère de la Santé.

Le ministère de la Santé annonce également la prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie des actes liés à la contraception des mineures ainsi que la gratuité des contraceptifs (stérilet, implant..), les consultations médicales de prescription et les examens biologiques.

Partenaire du Canard du Lac : SunAlpes Radio - La 1ère Webradio des Alpes et de Suisse ici